Le site internet de l’INSEE nous apprend que vous avez été près d’un million à créer une entreprise en 2021. C’est 19 % de plus que les douze mois précédents (article Le Figaro). Dans l’Ain, ce chiffre dépasse les 7 000 créations.

Quel que soit le secteur d’activité que vous avez choisi, vous allez devoir construire votre présence en ligne.

Se pose alors rapidement la question du comment.

Comment faire un site internet, par quoi débuter, vers qui se tourner… sont autant de questions que vous vous posez en tant que dirigeant.

Pas la peine de préciser que vous n’avez pas sous la main de salarié compétent et prêt à s’investir dans ce projet digital.

Vous n’allez donc pouvoir compter que sur vous-même.

Pour bien démarrer, lisez les 6 conseils qui suivent. Ils abordent la conception d’un site internet, avant, pendant et après sous l’angle méthodologique.

Car en soit, faire un site web n’est pas compliqué.

Sommaire :

  1. Analysez l’existant

  2. Fixez-vous des objectifs SMART pour votre site internet

  3. Construisez votre stratégie marketing on line

  4. Arbitrez entre un site gratuit ou un site payant

  5. Choisissez de faire ou de faire faire

  6. Vérifiez que votre site web est aligné avec vos objectifs une fois en ligne

 

1er point : on analyse d’abord l’existant

Avant même d’imaginer à quoi ressemblera votre futur site internet, il est primordial de commencer par réfléchir à l’existant.

A votre existant.

C’est le principe même de l’état des lieux : avant de faire des changements, on regarde d’où et avec quoi on part.

Partons donc de votre situation actuelle, que l’on va aborder sous 3 aspects.

1er aspect : on va parler de vous et de votre entreprise

  • Quels sont vos points forts ?
  • Quels sont les produits ou services qui vous donnent un véritable avantage dans votre secteur ?
  • Quelles sont les opportunités de marché que vous avez identifiées à court et à moyen terme ?

2ème aspect : il s’agit de vos cibles, autrement dit votre clientèle, actuelle et future

  • Quelle est votre cible ?
  • Quelle est sa problématique ? Quel problème cherche-t-elle à résoudre en recherchant un bien ou un service à acheter ?
  • Quelles sont ses habitudes de consommation ? Vos clients sont-ils des adeptes du e-commerce ?
  • Quelles sont leurs habitudes de navigation sur internet ? plutôt PC ou smartphone ? Connecté la journée ou plutôt le soir ?

3ème aspect : allez faire un petit tour sur les sites internet de vos concurrents.

L’idée ici n’est pas d’aller recopier ce qui se fait déjà.

Mais c’est plutôt de voir les thématiques abordées, les publications qui marchent sur les réseaux sociaux, celles qui ne marchent pas.

Vous vous ferez une opinion rapidement en regardant le nombre d’interactions générées, par les mentions « j’aime » ou « je partage » sur les posts ou les articles de blog.

Une fois mis tout cela par écrit, vous aurez une meilleure vision d’ensemble de votre position vis-à-vis de vos cibles, et par rapport à vos concurrents et à votre marché.

Bravo, vous venez de réaliser ce qu’on appelle un SWOT.

 

2ème point : on se fixe des objectifs SMART

Un objectif SMART est indispensable pour mener à bien votre projet de création de site internet.

Vous avez déjà sûrement entendu parler de cette méthode, qui a l’avantage de formuler des objectifs clairs et compréhensibles par tous.

On vous rappelle la définition de l’acronyme SMART pour qualifier un objectif :

S pour Spécifique : un seul projet à la fois, ici on parle de la conception de votre site web et pas d’un autre projet de votre plan marketing

M pour Mesurable : votre site web devra vous fournir les moyens d’évaluer son efficacité. Ces critères se traduisent souvent par des statistiques de fréquentation du site, on en parle dans le point 6.

A pour Atteignable ou Ambitieux : pas la peine de viser la lune, ici on met en application la stratégie des petits pas. On avance doucement mais sûrement.

R pour Réaliste : l’objectif doit tenir compte de vos contraintes, il doit être réaliste mais surtout raisonnable, fonction des ressources disponibles ou du budget.

T pour Temporel : n’importe quel projet comporte une date de fin, ou date-butoir, qui doit être clairement affichée et respectée. C’est un petit peu le garde-fou pour ne pas que les projets se délayent à cause d’une date de mise en route insuffisamment précise.

Par exemple, fixez-vous comme objectif que votre site internet doit être en route le 15 mai plutôt que « avant l’été ».

Pour en savoir plus sur la méthode smart, je vous mets en lien un article du site manager-go.com

3ème point : intégrez votre futur site web dans une stratégie marketing on line complète

Un site internet est avant tout un outil au service de votre réflexion stratégique et de votre plan marketing.

Vous avez donc tout intérêt à écrire ce plan marketing avant de concevoir votre site web.

Ce plan comportera une partie off line et une partie on line.

Pour faire simple, la partie off-line, c’est tout ce qui n’est pas digital.

Par exemple, vous prévoyez de participer à un salon professionnel.

Et la partie on line, comme son nom l’indique, c’est ce qui prend forme sur Internet : votre futur site, mais aussi vos pages sur les réseaux sociaux, vos campagnes d’emailing, etc.

4ème point : faut-il aller vers un site web gratuit ou payant pour commencer ?

Le 4ème conseil répond d’emblée à la question que vous vous êtes peut-être déjà posé : il existe des solutions qui vous permettent de mettre en ligne un site internet de manière gratuite.

Est-ce une bonne idée pour débuter une petite activité ?

Attention cependant à ce que cela veut dire en pratique.

Les inconvénients

Premièrement, votre nom de domaine comportera le nom du prestataire avant le .com ou le .fr

Par exemple : www.garagejojo.wixsite.com

Cela a une incidence majeure sur le référencement naturel de votre site, c’est-à-dire sa position sur la page de résultats lorsqu’un internaute effectue une recherche.

Autant vous le dire tout de suite, votre site internet sera très mal référencé par les moteurs de recherche.

Il n’apparaîtra pas dans les premières pages.

 

La deuxième incidence est importante puisqu’elle touche aux contenus que vous allez proposer à vos internautes : dans le cadre d’un site gratuit, l’affichage de bannières publicitaires vous est imposé.

Il y a de fortes chances que cela nuise à la lecture et à l’attractivité de vos contenus.

Et encore une fois, vous serez pénalisé par les moteurs de recherche si votre site affiche trop de publicités.

Au final, c’est votre crédibilité et votre professionnalisme qui sont mis à mal.

 

La troisième contrainte d’un site gratuit, c’est que vous serez limité en place, traduction en espace de stockage. Vous ne pourrez pas mettre autant de vidéos et de photos ou de ressources médias que vous voulez dans une formule gratuite. Vous ne pourrez pas non plus installer de module de paiement en ligne.

Budget

Un site internet, s’il est bien conçu dès le départ, ne représente pas un budget conséquent par rapport à d’autres types de dépenses en communication.

Les différents postes à prévoir pour la conception d’un site dépendent en grande partie de l’existant :

  • Est-ce que vous avez déjà une charte graphique et un logo ?
  • Est-ce que vous avez déjà une base de visuels exploitables ? Sinon prévoyez un shooting photos ou un budget pour les banques d’images.
  • Si vous envisagez de lancer une boutique en ligne, prévoyez de connecter votre site à une plate-forme de paiement en ligne.

Il faudra donc budgéter :

  • La fabrication du site : c’est donc un budget « temps » si vous décidez de le faire par vous-même, soit un service fourni par un prestataire spécialisé ;
  • La fabrication des contenus : textes, photos, vidéos, etc…
  • Les coûts liés aux spécificités de votre site : achat de thème, de builder, de plugin, de module e-commerce, tout ne sera pas gratuit si vous voulez un service de qualité, pour vous-même et surtout pour vos clients !
  • Et enfin, prévoyez des coûts d’abonnement annuel pour le nom de domaine, l’hébergement du site et la maintenance.

 

Calliseo s’occupe pour vous de la création de votre site internet vitrine.

Demandez un devis, c’est gratuit.

 

5ème point : je conçois mon site moi-même ou je le fais faire ?

Ce 5ème conseil va aussi droit au but : entourez-vous dès le départ d’un prestataire spécialisé dans les sites web.

Même si cela a l’air facile de concevoir un site internet en ligne, même sans savoir coder, il n’en reste pas moins que c’est un métier à part entière.

Tout comme les ressources humaines, la paie ou l’informatique, mettre en ligne un site web nécessite des compétences pointues dans plusieurs domaines, quelle que soit la taille du site :

  • design,
  • arborescence,
  • rédaction web,
  • référencement,
  • installation de plug-in,
  • connexion du nom de domaine,
  • configuration de formulaires,
  • mise en place de statistiques,
  • etc.

La liste est longue : pour être sûr de faire les choses correctement et partir sur de bonnes bases, confiez la réalisation de votre site internet à un professionnel.

Il vous guidera pour faire les meilleurs choix et éviter des erreurs qui pourraient vous coûter cher par la suite.

Dans tous les cas de figure, prenez la peine de remplir un cahier des charges complet avant de démarrer la conception du site web.

  

6ème point : le reporting

Une fois votre site internet en route, il va devenir un véritable allié pour consolider votre stratégie marketing et amorcer votre croissance de chiffre d’affaires.

Je m’explique : lors de sa mise en ligne, votre prestataire aura bien soin de connecter votre site à Google Analytics, ou à la Google Search Console.

Ces outils sont gratuits et vous fournissent tout un tas d’informations riches en enseignement sur les personnes qui viennent sur votre site :

  • combien de fois ils sont venus,
  • combien de temps ils sont restés sur votre site,
  • par quel canal ils sont arrivés (recherche direct, réseaux sociaux, moteurs de recherche…),
  • avec quel équipement et quel navigateur ils se sont connectés,
  • les pages de votre site web les plus visitées.

Vous allez aussi retrouver des informations sur leur provenance géographique, leurs données socio-démographiques, etc.

Bref c’est une mine d’or dont il serait dommage de vous priver.

A partir de quelques indicateurs-clés, vous allez pouvoir enrichir et améliorer votre site web, au fur et à mesure du reporting. Mais au-delà du contenu, c’est votre offre globale que vous allez pouvoir faire grandir.

Vous allez également contrôler que le site internet reste bien en phase avec vos objectifs, et ce sur le long terme.

Ces 6 conseils vous ont permis, j’espère, de faire la lumière sur comment aborder la conception de votre futur site internet.

Gardez à l’esprit qu’un site web est avant tout un outil au service de vos objectifs, mais c’est aussi de la matière vivante, dont il faudra s’occuper régulièrement.

Avec un peu de méthodologie et en étant bien entouré, créer un site internet n’est pas compliqué, alors à vous de jouer !

 Calliseo accompagne la réalisation des sites internet des TPE, PME, associations et collectivités.

Pour en savoir plus et obtenir un devis sous 48 h, contactez-nous sur www.calliseo.fr

Article disponible à l’écoute en podcast sur Youtube !

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives