nomdomaine

Vous êtes chef d’entreprise et vous en avez marre de ne pas maîtriser le vocabulaire d’Internet ? Cela freine vos projets digitaux pour plusieurs raisons :

  • vous avez l’impression de ne pas tout maîtriser,
  • vous avez peur de faire des erreurs si vous le faites vous-même,
  • vous ne savez pas à quel prestataire web vous adresser,
  • ou vous trouvez les devis trop chers et nébuleux ?

A l’aube de cette nouvelle année, Calliseo vous propose de s’arrêter chaque semaine sur une notion-clé du web, pour la démystifier et l’expliquer. Cet article consacré au NOM DE DOMAINE va vous éclairer, je l’espère, dans le brouillard de l’Internet et de ses concepts souvent réservés aux initiés. Car comprendre comment ça marche, c’est la première étape vers la confiance dans l’économie numérique et surtout vers la transformation digitale de son entreprise.

Sommaire de l’article

  1. Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?
  2. En pratique, comment ça se passe ?
  3. Quel nom de domaine choisir ?
  4. Les évolutions dans la vie d’un nom de domaine
  5. Astuces et conseils

1.     Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

C’est un identifiant, unique, d’une zone sur le web.

Il est composé d’un ou plusieurs mots, d’un point et d’une extension.

Il ne faut pas le confondre avec l’adresse IP, qui désigne l’hébergement du site en lui-même.

Pour se représenter ce concept plus facilement, imaginez que vous être entrain de construire votre maison (votre site internet). Dès le départ, avant même la pose des premières briques, il est possible de géolocaliser votre parcelle, car celle-ci dispose déjà d’une adresse physique précise et unique. Par exemple 250 chemin de l’Eglise de Brou à Bourg-en-Bresse.

Eh bien, cette adresse géographique, c’est l’équivalent de votre nom de domaine. C’est ce qui va permettre au facteur (traduction : au navigateur) de trouver votre maison (traduction : votre site internet). La petite différence avec une adresse postale, c’est que c’est VOUS qui allez choisir votre nom de domaine au départ.

Allons plus loin, je vous emmène faire un petit tour du propriétaire. Les noms de domaine n’auront plus de secret pour vous, et vous aborderez plus sereinement vos projets de changement de site internet.

2.     En pratique, comment ça se passe ?

Qui gère les noms de domaines ?

Ce sont des bureaux d’enregistrement qui s’occupent de la gestion des noms de domaine. Sur le site de l’Afnic, vous trouverez l’annuaire des prestataires accrédités pour fournir ces noms de domaines. Ces « registrars », comme on les appelle, peuvent être des fournisseurs d’accès à internet, des hébergeurs, des agences web, etc.

Principe de fonctionnement

Dès l’origine, le principe du « premier arrivé, premier servi » a servi de modèle de fonctionnement. Vous envisagez de créer une marque ? Vous devez être absolument le premier à enregistrer le nom de domaine.

Sinon, une autre entreprise peut se l’approprier avant vous et vous n’aurez pas de recours.

Une fois choisi, le nom de domaine vous est donné en gestion et vous serez redevable d’un abonnement annuel pour le conserver.

La durée de souscription va de 1 à 10 années.

Le nom de domaine va de pair avec une extension

L’extension, c’est le « .quelque chose » qui va se situer à la fin du nom de domaine.

De manière générale, si votre commerce est « made in France », ne vous prenez pas trop la tête et choisissez le .fr. A contrario, si vous travaillez à l’international, choisissez le .com.

D’autres extensions existent, .asso par exemple si vous êtes une association, ou encore .org et .net , qui sont couramment utilisées.

Vigilance néanmoins par rapport aux extensions nouvelles qui ont fleuri ces dernières années, comme .boutique, .store, .online, .tech.

Chaque extension a sa spécificité, n’allez pas trop vite dans votre choix, et si possible, rester sur les grands boulevards que sont le .fr et le .com

Un nom de domaine et une extension doivent être très faciles à mémoriser par l’internaute, ne partez pas sur des .io, des .info des .app si votre activité ne s’y prête pas.

3.     Quel nom de domaine choisir ?

Les règles de base à suivre

Nous arrivons ici à une étape stratégique dans votre projet de création de site internet.

Reprenons l’exemple de la maison en construction pour laquelle vous être libre de définir son adresse postale.

Si vous voulez par la suite que vos visiteurs vous trouvent facilement, sans se perdre et sans se battre avec leur GPS, vous avez tout intérêt à choisir :

  • une adresse simple à retenir,
  • pas trop compliquée à écrire,
  • sans problème d’interprétation ou de traduction si vous travaillez à l’international,
  • et surtout qui soit cohérente avec votre marque et votre secteur d’activité.

Donc, réfléchissez soigneusement à ce nom de domaine : il va devenir votre marque en ligne, et vous ne pourrez pas le changer facilement en cas de regret !

Petite parenthèse lol : sur le très sérieux blog Presse Citron, vous trouverez un article traitant des “30 pires noms de domaines (mais ils ne l’ont pas fait exprès)”. C’est rigolo, enfin sauf pour les propriétaires des sites qui ont peut-être mis plusieurs années à s’en rendre compte !

La simplicité est de rigueur

Dans les règles de syntaxe, les apostrophes ne sont pas autorisées mais les accents oui.

Évitez aussi les chiffres et les caractères spéciaux, ils ne favorisent pas la mémorisation.

Concernant les tirets, utilisez-les uniquement si cela facilite la prononciation de votre nom de domaine.

Sinon n’en abusez pas, pas plus d’un dans le nom de domaine, et pas en 3ème ou 4ème position.

Par exemple, vous trouverez des  www.credit-agricole.fr ou www.caisse-epargne.fr

L’info tendance, c’est que les internautes ont pris l’habitude de taper les noms de domaine sans tiret, tout attachés, comme www.societegenerale.fr ou creditmutuel.fr .

N’oubliez pas que le nom de domaine va aussi servir à nommer votre boîte email professionnelle, juste après le @ ! En effet, personne ne se rappellera de votre adresse de messagerie si vous vous appelez : contact@garage-bresse-dombes-valdesaône.fr

Ajouter des mots-clés dans son nom de domaine

De manière générale, il faut que vous meniez une réflexion stratégique sur les quelques mots-clés forts de votre thématique, pour en insérer un, voire deux maximums dans votre nom de domaine. Par exemple « coordonneriejack.fr ».

Au-delà de 2 mots-clés, choisissez de tout coller.

Le principal avantage est que les internautes et les moteurs comprendront plus vite quel est votre métier, les services que vous proposez. Cela améliorera votre référencement naturel SEO.

Par contre, il y a un gros inconvénient à cette méthode.

Je vous donne un exemple : s’il y a quelques années, FNAC avait choisi Fnaclivres.com comme nom de domaine, ça aurait très vite limité le champ d’action pour promouvoir les produits et services qui sont arrivés par la suite, comme le matériel high tech, les spectacles, etc. Attention donc à ne pas être trop restrictif.

Combien ça coûte ?

Chaque bureau d’enregistrement pratique ses propres tarifs, n’hésitez pas à les comparer entre eux.

En moyenne, un nom de domaine en .fr coûte entre 10 et 15 € d’abonnement annuel.

Le .com est souvent un peu plus cher, compter entre 10 € et 20 € à l’année.

Et on trouve même des extensions mettant en avant l’identité territoriale à plus de 60 € par an d’abonnement, comme le .paris ou le .alsace.

Petite astuce : si vous en êtes au stade de la création de votre site, il y a de fortes chances que votre nom de domaine vous soit offert la première année par votre hébergeur. Mais n’oubliez pas de vérifier combien il est facturé l’année suivante !

Peut-on déposer n’importe quoi comme nom de domaine ?

Non, le nom de domaine doit respecter un principe de licéité, c’est-à-dire qu’il ne doit pas être en contradiction avec l’ordre public et les bonnes mœurs.

Les termes que vous allez choisir seront systématiquement soumis à un examen préalable, avant validation par le bureau d’enregistrement.

Comment vérifier si un nom de domaine est disponible ?

Il suffit de se rendre sur le site web d’un bureau d’enregistrement, comme Gandi, OVH, Hostinger ou Ionos, et de saisir le nom souhaité et son extension. La réponse à la requête indiquera tout de suite si le nom est libre ou déjà pris.

4.     Les évolutions dans la vie d’un nom de domaine

Un site web a une durée de vie de 3 à 5 ans, puis il est souvent amené à évoluer dans ses contenus, dans sa charte graphique et des fois même dans son nom de domaine.

Transférer un nom de domaine

Lorsque vous envisagez de changer d’hébergeur ou de CMS (le CMS étant la plateforme, le logiciel qui accueille votre site internet), pas de souci, vous « embarquez » avec vous votre nom de domaine, soit par une redirection (qu’on appelle aussi repointage), soit par une migration.

Modifier un nom de domaine

Que se passe-t-il lorsque le nom de domaine doit être modifié, en cas de changement de marque par exemple ? On peut citer les exemples connus de France Télécom à Orange, de GDF à Engie…

C’est d’abord une opération technique de migration des adresses URL (pour mémoire, chaque page du site a sa propre adresse URL).

L’impact majeur concerne surtout les moteurs de recherche et le référencement naturel SEO : ayez bien conscience que c’est comme si vous repartiez de 0.

Si on reprend le parallèle avec la maison : vous venez de déménager, vous avez demandé la redirection de votre courrier vers votre nouvelle adresse. Non seulement votre nouveau facteur mettra un peu de temps à vous identifier, mais en plus votre courrier vous arrivera avec quelques jours de décalage. Puis tout rentrera dans l’ordre une fois que vous aurez communiqué à tout le monde votre nouvelle position.

Vous allez donc perdre quelques places dans le classement, le temps que Google réapprenne à vous connaître.

Appuyez-vous sur le support technique de votre nouveau fournisseur pour effectuer les démarches, ou confiez votre projet à un prestataire spécialisé dans le web marketing et les sites internet.

 

5.     Astuces et conseils

Comment savoir à qui appartient un nom de domaine ?

Pour cela, il suffit de vous rendre sur www.whois.com et de taper l’adresse URL complète du site web en question.

Conseils :

Sans devenir paranoïaque, il faut savoir que l’usurpation de nom existe sur le web comme dans la vraie vie. Vous devez anticiper et vous protéger.

Comment ? En organisant une veille internet sur votre nom de domaine et votre nom de marque.

Pour cela, utilisez les Google Alerts, elles sont archi-simples à paramétrer.

Vous recevrez une notification par email à chaque fois que votre marque ou nom de domaine sont mentionnés sur le web.

Autre conseil : vous allez acheter votre nom de domaine en .fr, mais également le .com, même si vous ne vous en servez pas !

Il vaut mieux dépenser une dizaine d’euros supplémentaires par an dans l’abonnement au .com plutôt qu’un concurrent le récupère !

Demandez ensuite à la personne qui s’occupe de votre site internet de mettre en place une redirection 301 des extensions secondaires vers le nom de domaine principal.

Dernier petit conseil pour la route : surveillez vos échéances, l’abonnement annuel a toujours une durée de validité. Si vous ne réglez pas à l’échéance, votre nom retombera dans le domaine public, et pourra potentiellement être récupéré par quelqu’un d’autre.

De fait, votre site internet ne fonctionnera plus non plus.

Pour aller plus loin :

Le droit applicable aux noms de domaine est l’article L.45 du Code des postes et des communication électroniques.

L’organisme régulateur des noms de domaines s’appelle l’ICANN, pour Internet Corporation for Assigned Names and Numbers. L’Afnic gère le .fr et Verisign le .com.

Il faut enfin savoir qu’il est possible de créer des sous-domaines à partir d’un nom de domaine principal.

Ce qu’il faut retenir :

  • Le nom de domaine, c’est l’adresse de votre site internet, mais c’est également votre marque en ligne, choisissez le bien !
  • Achetez le .fr si votre activité est en France, réservez-vous le .com également
  • Demandez conseil à un professionnel pour tous vos projets de refonte de site internet.

Calliseo accompagne la réalisation des projets digitaux des TPE et PME et conseille les chefs d’entreprise dans l’acquisition de leur nom de domaine. Calliseo prend également en charge des projets complets de création ou refonte de sites internet.

Pour en savoir plus et obtenir un devis sous 48 h, contactez-nous sur www.calliseo.fr !

Article disponible à l’écoute en podcast sur Youtube !

Sources :

Afnic.fr

Journaldunet.com

Webrankinfo.com

Presse-citron.net

Wppourlesnuls.com

Amen.fr

Gandi.net

Crédits photos : Freepik – Canva

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives